Extrait De L Introduction Depuis Plusieurs Annes, Clarifier La Question Des Reprsentations De L Alcoolique Tait Devenue Une Perspective Rcurrente Dont Je Ressentais L Utilit Tout Un Cheminement A T Ncessaire Avant D Tre En Mesure De Concrtiser Ce Projet A Prsent, Je Crois Connatre Les Raisons De Mon Insatisfaction Face Aux Figures De L Alcoolique Qui M Taient Proposes Cet Ouvrage Rend Compte De Ce Que J Avais Confusment En Tte Pour Les Modifier Ds Mon Premier Livre Outil, La Personne Alcoolique J Avais Tent De Rsoudre La Contradiction Existant Entre La Singularit De Chaque Personne Rencontre Et Ce Qu Elle Pouvait Vhiculer De Commun L Observateur, La Fois Pour La Population En Difficult Avec L Alcool Et, Au Del, Dans La Population Gnrale Je M En Tais Plus Ou Moins Sorti Par L Image Du Jeu Du Microscope Auquel Se Livre L Histopathologiste Si Le Moyen Grossissement Permettait De Reconnatre Les Alcooliques, Seul Le Plus Puissant Des Grossissements Pouvait Saisir Le Dtail De Chaque Cas Particulier L Examen Aurait T Incomplet Si L Ensemble Des Phnomnes Enjeu N Tait Pas Apprhend Par Une Vision Dbordant Le Champ De L Tude J Ai Compris En Diffr Qu Une Des Raisons Profondes De L Intrt Pour La Problmatique Alcoolique Tait Ce Qu Elle Nous Apprenait De Nous Mme Et Du Monde Dans Lequel Nous Vivons LA PROBLMATIQUE ALCOOLIQUE La Problmatique Alcoolique Est Une Expression Trs Heureuse Et Trs Pertinente Que Nous Devons Particulirement Michle Monjauze Elle Donne L Ide De La Complexit Et Du Mouvement, Partir De La Grille De Lecture Psychanalytique, Sans Pour Autant, Loin S En Faut, S Y Enfermer En Ralit, Toutes Les Sources Et Tous Les Efforts De Connaissance Peuvent Tre Mobiliss Sans Susciter De Contradictions Les Sciences Dites Dures N Ont Pas Tre Opposes Aux Autres Elles Ont Leur Place Relative Les Neurosciences Qui S En Rclament Ne Disqualifient Pas L Histoire, L Thologie Et L Anthropologie, L Observation Clinique, La Psychanalyse, L Approche Systmique, La Suggestion, La Psychologie Commune, La Psychopathologie, La Psychosociologie, La Culture Humaniste, La Familiarit De Cette Dernire Avec La Tradition, Religieuse Ou Autre, La Philosophie Et Son Application Au Champ De L Conomie Politique Qui Plus Est, Il Est Inenvisageable De S Occuper De Problmatique Alcoolique Sans S Intresser D Assez Prs Aux Autres Addictions, Des Plus Anciennes Aux Plus Rcentes, Des Plus Pharmacologiques Et Socitales Aux Plus Valorises Par La Socit De Consommation, Spcialement Celles Dtermines Par Les Technologies Du Virtuel Et De L Image Conscients De L Htrognit Et De L Ampleur Des Savoirs Mettre En Oeuvre, Les Professionnels De La Relation D Aide Ont Besoin De Temps Pour Rflchir, Amliorer Leurs Connaissances Et, Plus Encore, Leurs Faons D Tre Ils Ne Peuvent Se Contenter D Tre Dans Le Faire, En Appliquant Plus Ou Moins Automatiquement Des Protocoles D Investigation Ou De Soin Ils Doivent Avoir Conscience Qu Ils Ont Faire Vivre Leur Discernement Et Leur Crativit Mais Oui Face Des Patients Qui Ont Besoin De Retrouver Les Leurs Ils N Aideront Les Dpendants Changer Que S Ils Acceptent D Tre Changs Eux Mmes Par Le Quotidien Des Confrontations, Mais Aussi Par Leur Effort Solitaire De Dduction Et Leur Propre Capacit D Laboration.Depuis L Mergence De L Alcoolisme Comme Flau Social, Au Dbut Du XXe Sicle, Et L Avnement De L Image, Comme Moyen De Communication, Les Strotypes Ont Largement Influenc Les Regards Ports Sur Les Faons De Boire Et Les Reprsentations De L Alcoolique Sources De Honte Et De Simplifications Abusives, Des Clichs Sont Vhiculs Par Le Cinma Et Les Autres Mdias, Travers Parfois De Belles Oeuvres Les Dcouvertes Scientifiques Elles Mmes Tout Comme Les Mthodes Thrapeutiques Utilises Et Leurs Rsultats Gnrent Des Images Partielles Et Partiales Du Phnomne Alcoolique Quand Le Sujet Est Pris Au Pige De La Dpendance, Il Partage Ces Reprsentations Qui Le Maintiennent Dans Le Dni, Les Illusions Et La Souffrance Un Des Enjeux De La Relation D Aide En Alcoologie Consiste Modifier Les Images Et Prjugs Qu Il A De La Molcule, Du Vin, De La Bouteille, De Lui Mme Et De L Environnement Les Soignants Et Les Aidants Du Champ Alcoologique Qui Ont Effectu Un Travail Sur Eux Mmes Constituent Les Meilleurs Allis Pour Cela Henri Gomez, Micheline Claudon Et Grard Ostermann Ont Sollicit De Trs Nombreux Tmoins, Professionnels Du Soin Et De La Formation, Alcooliques Et Proches, Afin Qu Ils Transmettent L Exprience De Leurs Parcours Henri Gomez Est Psychiatre Alcoologue Toulouse Il Est Responsable Scientifique De I AREA Et Membre De La SFA Socit Franaise D Alcoologie Micheline Claudon Est Psychologue Clinicienne L Hpital Bichat Paris , Dans Le Secteur De L Alcoologie, Membre Du Conseil D Administration De La SFA, Formatrice I IREMA Grard Ostermann Est Professeur De Mdecine Interne Bordeaux Il Est Membre De La SFA Et Dirige Le CRAA, Structure Rgionale Des Alcooliques Aquitains Avec La Participation De Jean Marie Bdoret, Martine Castex, Dominique Demaria, Franois Gonnet, Anne Harant Salson, Batrice Henderson, Stphane Lelong, Franois Nicaise, Emmanuel Palomino, Didier Playoust, Alain Rigaud, Isabelle Sokolow, Olivier Teulat, Myriam Tsikounas, Pierre Veissire, Jocelyne Vovard Et Des Aidants De I AREA, Du Groupe De Parole De L Hpital Bichat Et Des Patients Du Sas Et De I URSA.